MOTÖRHEAD: « Motörizer »

MOTÖRHEAD : « Motörizer » (Steamhammer records – 2008)

Sous quel angle aborder le nouvel album de Motörhead ?.

Les différences par rapport aux précédents sont quasi inexistantes tout comme elles le sont plus que probablement pas par rapport aux suivants. Je m’abstiens donc.

Pour autant je ne me tairai point. Attitude paradoxale n’est-ce pas ?

Tous les morceaux de Motörhead sont calqués à quelques rares exceptions près sur un seul canevas. Metal/punk ne comptant jamais plus de trois accords, basse Rickenbacker offrant une distorsion telle une guitare, guitare passant d’un boogie woogie 50’s à des formes de blues tantôt rapides ou lentes (plus rarement), batterie binaire et martelante.

Motörhead c’est le groupe d’un seul morceau pourrait-on dire. Morceau toujours reconnaissable dans la seconde. Une véritable marque de fabrique pour un groupe en roue libre. Des albums qui seraient autant de prétextes à l’entame d’incessantes tournées. Le leitmotiv on le retrouve dans les textes qui invariablement parlent d’alcool, de baise, de bagarres, de positions anti-religieuses, de bagnoles.

Textes basiques qui ne forceront jamais l’entrée de Lemmy (leader/bassiste) dans les habits verdâtres de l’académisme..

Des écrits à la sulfateuse, tragédie hurlée, aucune déclaration angélique.

Le plus souvent c’est pour étaler ce qui pourrait être communément considéré comme étant un multitude d’excès. La vie sauvage de rockers vivant d’expédients et arborant jour et nuit la rock and roll attitude dont les éléments principaux seraient la drogue et le sexe.

Contrairement à bien d’autres groupes Motörhead ne travaille pas la subversion dans une logique entrepreneuriale même s’il lui arrive de fournir du matériau à la presse people.

Pour autant qu’il s’agisse de subversion ou de pseudo subversion inutile de dire que ce serait grâce au soutien d’institutions culturelles ou relevant d’un empire multinational même si Sony durant quelques années aura édité ce groupe avant de le virer.

La force des propos de Motörhead c’est le plus souvent une question de décibels.

J’ai eu le bonheur de les voir quatre/cinq fois sur scène au cours de ces quinze dernières années.

Comble de malchance jamais je n’ai estimé que le volume était assez élevé. De plus en plus des organisateurs étranglent les sonos en faisant usage de compresseurs de manière à ne pas dépasser un seuil de décibels proscrits par la loi. Quand ce ne sont pas de vifs conseils prodigués aux spectateurs/auditeurs les enjoignant d’enfoncer des protections cotonneuses dans les conduits auriculaires

Si mes souvenirs d’ancien headbanger sont bons il existe une loi portant le nom d’un sénateur appelé Karel Poma promulguée fin des années 7O empêchant tout dépassement des 11O décibels dans les salles de spectacle. Ce triste sire qui était un aristo (baron) naquit en 1920 et occupa les fonctions de secrétaire d’Etat, fut aussi ministre de la culture du gouvernement flamand.

Ce député avait réussi à cristalliser une haine conséquente à son encontre.

Cette loi fut heureusement peu appliquée tant nous craignions la mort annoncée du hard rock et du heavy metal dans la rubrique nécrologique de la presse musicale.

Cependant AC/DC en ont fait les frais et je me souviens d’un concert interrompu par des forces de l’ordre équipées d’instruments de mesure du son.

Du haut de nos 18 ans nous appelions ces engins mortels des ‘décibellomètres’..

Le léger acouphène dont je ‘souffre depuis le 21 avril 2OO6 ce n’est pas à Motörhead que je le dois mais bien aux Melvins. THANK YOU. J. Une légère nuisance faisant penser aux sons produits par la musicienne japonaise Sachiko M

et son instrument le sine wave. Une légère haute fréquence permanente.

Le silence n’est-il pas un linceul noir ?

Mais bon je m’égare et m’éloigne du sujet qui m’a été commandé même si le nombre de caractères est atteint.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :