Face aux masses de Ilan Duran Cohen

J’ai terminé la lecture il y a un couple de jours du livre Face aux masses écrit par Ilan Duran Cohen paru en 2008 chez Actes Sud.

 

D’abord quelques éléments biographiques :

 

L’auteur est à la fois réalisateur, producteur, scénariste et écrivain. Outre ses quatre romans parus chez Actes Sud il a commis jusqu’à présent un long métrage (Lola Zipper), deux courts-métrages, un documentaire et un téléfilm qui représente d’une façon inhabituelle le couple Jean-Paul Sartre – Simone de Beauvoir.

L’écriture l’occupe pleinement pour l’instant.  Ilan Duran Cohen reçoit les louanges de la critique grâce à une sensibilité particulière et à un humour assez cynique.

Pour l’instant il se penche sur un biopic musical consacré à Mike  Brant mais passons ce sujet pour se centrer sur le livre :

 

Enfant du Flower Power, et donc de différents pères potentiels, Jonquille le personnage principal quitte le totalitarisme libertaire (bel effêt oxymorique  n’est-ce pas !) d’une communauté en voie d’extinction. Il se plonge comme stagiaire dans la cellule familialement dysfonctionelle d’une agence de communication tenue par un couple frère/sœur.

Ce faisant il est aux premières loges d’une société matérialiste dont les codes sont de plus en plus exclusivement publicitaires au profit d’une grande multinationale étasunienne.

Je ne sais si ce livre  survivra à quelques décennies tant la péremption guette tout ouvrage tissant des phrases orphelines.

De nombreux éléments le rattachent à un monde dont il suffit d’observer et/ou de subir les dérives actuelles. Le ton est volontiers tendrement ironique, féroce, caustique. Sont présentés avec grande acuité lucide et glacée des enjeux universels où sont présents désarroi, vertige.

Le tout est soumis à de nombreuses tendances consuméristes qui toutes atteignent à peine nées des états obsolètes et jetables.

Un livre attachant décryptant quelques ratés de ce monde. Cependant rien d’enclin au misérabilisme. Pollen magique. Zoom sociologique. Fiction logée dans un vécu compris entre le présent et un futur tout proche (demain matin ??). Touchante fragilité dysharmonique et élégante.

                                                                     

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :