Archives de février, 2010

BOOKING OFFER: TROPHIES

Posted in Uncategorized on février 23, 2010 by debloque

Dear all,

I’m helping TROPHIES booking some performances in June 2010.
Please read the text that follows and also watch how they perform live.
Here are some links.

All the best.

Alain

Alessandro Bosetti – voice, electronics, text-sound composition
Kenta Nagai – fretless guitar, shamisen
Tony Buck – drums

photo : Kimberly Young (Ches Smith on drums)

Composer and sound artist Alessandro Bosetti is joined by Kenta Nagai,
and Tony Buck for TROPHIES.
Focusing on mantra loops of spoken/sung abstract and highly emotional
poetry Bosetti has created a powerful trance band where voice and
electronic sound melt with the hallucinatory fretless e-guitar playing
of Kenta Nagai (Miya Masaoka, Eugene Chadbourne), and the patiently
groovy and virtuoso pulses of Tony Buck (The Necks). Throphies uses
lenghty, repetitive and higlhy dinamic text-sound forms in a totally
unique and genre defying way.

Previous appearences of Trophies : Stone NYC, Roulette NYC, Teatro
Fondamenta Nuove Venice, Netwerk Aalst….

Samples of Trophies music on the net :

A selection of short video excerpts (Recommended ) :
http://www.vimeo.com/9394425
Complete performances : http://www.vimeo.com/9409456 ,
http://www.vimeo.com/9404979
, http://www.vimeo.com/9395708 , http://www.vimeo.com/9408817

See a video documentation on Trophies on Roulette TV :
http://www.roulette.org/rtv.php/TV2009

NOISY CRESCENDO [21.02.2010]

Posted in Uncategorized on février 22, 2010 by debloque

1/ Innova: ANN MILLIKAN: « Trilhas de sombras ». Ballad Nocturne.

2/ Intransitive: LIONEL MARCHETTI: « Haut le corps ». Knud Un Nom De Serpent.

3/ Aagoo: FATHER MURPHY: « In their graves ». And hE Told Us To Turn To The Sun.

4/ Mosz; SEPTEMBER COLLECTIVE: « Prinzipal ». Always Breathing Monster.

5/ United Dirter: NURSE WITH WOUND: « Untitled ». Paranoia In Hi-Fi.

6/ Modern Music: PAINTING PETALS ON PLANET GHOST: « Haru wa abe kono. Haru Wa Abe Kono.

7/ Point MUSIC: AKIRA RABELAIS: « 1382 wyclif.gen 11.7 ». Various:  Reflections On Classical Music.

8/ Tim’s Favourite: TIM’S FAVOURITE: « Geometry for the selfish herd pride ». Geometry For The Selfish Pride.

9/ Inrockuptibles: BLACK BOX REVELATION: « High on a wire ». Various-Objectif 2010, vol.2.

10/ Matador: FUCKED UP: « Fixed rage ». Couple Tracks.

11/ Combat: POINT B: « Someone’s else part ». Suicide Beauty Spot.

12/ An Angular: WETDOG: « Tidy your bedroom ». Frauhaus!.

13/ Imbalance: ROBERT HENKE: « Indigo_transform ». Indigo_Transform.

14/ Death By Audio: GROOMS: « Dreamsucker ». Rejoicer.

15/ Rarebook: TALK NORMAL: « Transmission lost ». Sugarland.

16/ Editions Mego: DANIEL MENCHE: « Kataract ». Kataract.

17/ Sartorial: BIG SEXY NOISE:  « Doughboy ». Big Sexy Noise.

18/ Intransitive:  JIM HAYNES: « : : ». Sever.

19/ Cadenza: LUCIANO: « Los ninos de-fuera ». Tribute To The Sun.

20/ Fire: JOSEPHINE FOSTER AND THE SUPPOSED: « My life had stood a loaded gun ». All The Leaves Are Gone.

21/ Radioworm: HENK BAKR: « Jingle » + A. VD WAAL: « De laatste zakken. Various-Radiiworm # 120.

Musiques actuelles en Europe. Aspects sociaux et économiques

Posted in Uncategorized on février 16, 2010 by debloque

Ce mercredi 10 février était organisée une rencontre au Botanique qui avait pour thème: Musiques actuelles en Europe : aspects sociaux et économiques.

La musique n’a jamais eu autant de place dans notre société. Avec l’avènement du disque, elle était devenue un produit de consommation. Aujourd’hui, le disque disparaît mais la musique n’a jamais été aussi présente. Véritable créatrice de liens sociaux, elle rassemble les individus et les richesses qu’elle crée sont bien plus que financières. Plus que jamais, le besoin d’insister sur son rôle culturel indispensable se fait sentir car ceux qui n’y voient encore qu’un simple produit marchand la mettent réellement en danger.

ASMart présentera le résultat d’une étude concernant les services d’aide à la production artistique en Wallonie. A un niveau local particulier un lieu à Namur sera évoqué. (Le Belvédère).

Modérateur : Jean-Pierre Bissot (Muséact)

Intervenants : Philippe Berthelot (Fédurok), Armando Ruah (Access), Marc Moura (SMart), Jean-François Flamey (Belvédère, Club Plasma), Marc Steens (Clubcircuit).

Une initiative de Court-Circuit / Club Plasma et Museact en collaboration avec SMart et la Fédurok

Afin d’assurer une plus grande lisibilité je vous présente ici les différents intervernants et je reprends les propos qu’ils ont tenus. Dommage tout de même que les discussions demeurèrent limitées uniquement aux thèmes développés. Bien sur il fut question de musique mais dans des aspects géneraux et économiques quasi uniquement.

PIERRE BERTHELOT: Pierre Berhelot est le directeur de la Fédurok, La Fédurok est une fédération rassemblant 75 structures (de 200 à 1200 places) et équipements œuvrant pour la diffusion et l’accompagnement de pratiques artistiques dans le secteur des musiques actuelles et amplifiées. Musiques amplifiées est un terme institutionnel créé par les directions régionales des Affaires culturelles en France. Ce terme désigne certaines musiques actuelles utilisant des amplificateurs. Tout d’abord furent exclus la chanson, le jazz, la musique traditionelle. Mais les choses changent et le domaine s’élargit.
Pierre Berthelot venait de vivre un échec récent lorsqu’il a approché les institutions européennes afin d’obtenir une reconnaissance de la fédération. Le dossier ayant été trop hâtivement bâti un refus venant de l’Europe fut prononcé.
L’Europe se montre plus intéressée à la mobilité de certains artistes plutôt qu’à des expressions marginales ne représentant qu’une valeur économique faible.
Cependant ces structures petites ou moyennes devraient trouver leur place entre un business à tout craint et un pôle public. La nécessité se fait principalemnt sentir dans les petites villes et les milieux ruraux. L’argent afflue vers les lieux prestigieux. Autour de ces pôles d’attraction ne s’étendent que déserts et ne sévit que la précarité. Il est difficile de convaincre les politiques locaux du bien fondé d’activités culturelles d’intérêt général et du sens  d’un développement local.

JEAN-FRANCOIS FLAMEY: Fondateur du label Carte Postale et co-fondateur de de Cod&S Distribution il est en 2007 l’instigateur de l’ouverture de la salle de concerts namuroise le Belvédère. Le Belvédère s’est toujours jusqu’à présent reposé sur un triangle dont les angles sont la Région Wallonne, la Communauté française ainsi que la ville de Namur. La Région Wallonne vient de retirer ses A.P.E (Les aides à la Promotion de l’Emploi (APE). Elles  consistent à octroyer sous la forme de points, une aide annuelle visant à subsidier partiellement la rémunération de travailleurs, une réduction importante des cotisations patronales de sécurité sociale (sauf en secteur marchand) et une indexation automatique du montant de la subvention selon l’évolution de l’indice des prix à la consommation) mettant la structure en danger. Celle-ci ne doit sa survie que grâce à l’apport de nombreux bénévoles. Le Belvédère n’est pas une priorité pour une
Wallonie plus sensible au secteur marchand. L’idée est de trouver à présent des soutiens mixtes (publics et privés).

MARC STEENS (Clubcircuit – Flandre). Sous son impulsion est créé le réseau Clubcircuit (les principales salles de concerts indépendantes) dont il devient le coordinateur. Il garde un contact constant avec les salles, les artistes, les managements. La position des clubs flandriens est confortable. L’Ancienne Belgique obtient la plus grande partie de l’enveloppe même si son budget se verra bientôt amputé obligeant la salle à supprimer pas moins de 80 concerts dans son club. Tous ces concerts sont dits vulnérables économiquement parlant. Région et communauté flamande ne forment qu’un. Dès lors un seul interlocuteur pour bénéficier de subbventions peu supposées soutenir les expressions marchandes.

ARMANDO RUAH (Acces – Espagne)/ Il a créé la première association de lieux de musiques actuelles à Madrid et collaboré à divers festivals comme producteur, stage manager et attaché de presse. En 2005 il devient directeur de l’association Acces. Il y organise des événements et développe les relations avec les institutions, sociétés civiles et nouveaux partenaires ainsi qu’entre les membres. Il oeuvre comme consultant artistique et régisseur. En Espagne les fonds sont quasi inexistants. Les lieux ne doivent leur survie que grâce aux rentrées enregistrées par les bars. Lorsque les aides existent celles-ci sont octroyées aux musiciens…rarement aux lieux. L’état exige que les salles assurent elles-mêmes la couverture sociale de ses travailleurs.

MARC MOURAT (Smart). Marc Mourat travaille chez Smart depuis 2001 comme conseiller auprès des membres et simultanément fonde les bureaux de Liège et Namur développant ainsi Smart en Wallonie ainsi que le service information. Il est nommé directeur de Smart, association professionnelle des métiers de la création en 2008. Marc Mourat a parlé principalement et longuement des conclusions résultant d’une étude.
Les services à la production artistique en Région wallonne.
Le bureau d’étude de SMart a réalisé une étude pour le compte de la Région wallonne. L’objectif était de répertorier les services nécessaires à la production artistique, d’en dresser le profil socio-économique, d’identifier les problèmes rencontrés, d’apprécier la qualité des services rendus et de formuler des propositions dans le but de dynamiser le secteur artistique en Région wallonne.

L’oeuvre artistique est tributaire d’un ensemble de savoir-faire & d’intervenants. Dans cette étude il est question d’identifier les tâches (directement ou indirectement) nécessaires à la production artistique ainsi que les structures (ou services) qui les réalisent. Pour ce faire nous avons récolté des données économiques et juridiques du secteur, appréhendé les difficultés majeures des structures et ensuite nous avons demandé aux utilisateurs d’évaluer les services utilisés. Tout ceci a été mis en perspective à travers des recommandations pour les pouvoirs publics, dont la Région wallonne.

Bien que les constats posés suggèrent d’eux-mêmes des actions à mener, SMartBe propose de les intégrer dans une réflexion plus large qui se développe à travers quatre axes principaux.

1. Diversifier le soutien à la création par la dynamique que suscite le développement de services
2. Dépasser l’antagonisme entre économie et culture
3. Soutenir la singularité par la mutualisation
4. S’engager dans la défense du travail au projet dans le champ artistique

Si ces réflexions sont poursuivies et les suggestions mises sur pied par les pouvoirs publics, l’impact serait manifeste pour les artistes, pour les intermédiaires, et probablement aussi en termes de retombées pour les pouvoirs publics

Noise Addict (playlist du 14.02.2010)

Posted in Uncategorized on février 15, 2010 by debloque

1/ CELAN: « A thousand charms ». Halo. 2009 – This is Mainstream. XC211F

2/ For a (FEW) more decibels I

3/ SIMON  WHETHAM: « Untitled ». Fractures. 2009 – Entr’acte. XW440J.

4/ WADA: « Earth horns with electronic drone ». Earth horns With Electronic
Drone. XW000X

5/ For a (FEW) more decibels II

6/ SISSY SPACEK: « Untitled ». Glass. 2008. MisanthropicAgenda.

7/ For a (FEW) more decibels III

8/ JOHN DUNCAN: « Aahh » [MELVINS]. Chicken Switch. 2009- Ipecac.
    XM434E.

9/ For a (FEW) more decibels IV

10/ BIRCHVILLE CAT MOTEL: « The immaculate perfume of freshly sawn
      timber ». XB432X

11/ For a (FEW) more decibels V

12/ EAGLE TWIN: »And it come to pass that birds fell toearth as black
       snakes. 2009 – The unkindness of crows. XE004A

NOISY CRESCENDO PLAYLIST 07.02.2010

Posted in Uncategorized on février 8, 2010 by debloque

1/ Unsounds: YANNIS KYRYAKIDES: « Telegraphic ». Antichamber

2/ Thrill Jockey: RADIAN: « Kinetakt ». Chimeric.

3/Radioworm: HNK BKR: « Jingle ». Various-Radioworm 119.

4/ Auetic: ANNELIES MONSERE: « I might never see ». Marit

5/ Reel: KEVIN AYERS: « This song isn’t cfalled anything ». What More…

6/ Audiobulb: NICHOLAS BULLEN: « Proximity ». Various-Birmingham..

7/ Runtime: ELEMENTAL: « Triple 116 ». Message From The Void.

8/ Destructive: CASPA & RUSKO: « Rock bottom ». Various-Our Sound

9/ Glitterhouse: CRIPPLED BLACK PHOENIX: « Bells on river ». Various

      We Are Only Riders

10/ Important: ROBIN CRUTCHFIELD: « Gnomes underground ». The

        Hidden Folk.

11/ Ultramarine: THE RIGHT MOVES: « Yes, they can ». The End Of The

        Empire.

12/ Loaf: OMO: « Konig ». The White Album.

13/ Interzone: 48 CAMERAS & ERIC THERER: « Green water revisited »

        Before Me Lat Some More Dark Waters.

14/ Tzadik: MEREDITH MONK: « Biography ». Beginnings ».

15/ World Psychedelic Funk Classics: MULATU ASTALJKE: « Alemiye ».

        Psych-Funk 101. 1968-1975 [A Global Psychedelick Funk

       Curriculum.

16/ Matador: TIMES AGAIN VIKING: « No sympathy ». Born Again

        Revisited.

17/ Eternal Yip Eye:  DANIEL JOHNSTON: « Never relaxed ». Welcome

        To My World…

18/ Olof Bright: PEER SVENSSON: « Poetry can’t be stopped’. Sonogram.

19/ 12K: MOLLY BERG + STEPHEN VITIELLO: « Gorilla/variation 1 »

        Gorilla Variations.

20/ Invada: BLACK SHEEP: « Protest-underground. » Kiss My Sweet

         Apocalyspse.

21/ Load: SIX FINGER SATELLITE: « Half control ». Half Control.

22/ Graumann:  ALLROH: « hammerhai ». Hag Dee.

23/ Atavistic: BRIAN HARNETTY & BONNIE PRINCE BILLY:  « Untitled ».

         Silent City.

24/ Aim Sound: LENE GRENAGER/JOHN HEGRE/ELSE OLSEN/HARALD FETVEIT: « Hageredskap ».  Kayak.

Du bruit à l’ISELP

Posted in Uncategorized on février 4, 2010 by debloque

Le jeudi 28 janvier se tenait la première séance d’un cycle de conversations sur la noise à l’Iselp, coordonné et mené par Sébastien Biset (historien de l’art et musicien, FNRS-UCL, MNÓAD, (SIC)). En collaboration avec Jean De Lacoste (artiste, musicien) et la Médiathèque (Anne Genette).

Fondé en 1970 par Gita Brys-Schatan, l’Iselp est un lieu de formation, de réflexion et de débat ainsi qu’un outil de diffusion et de promotion, dans différents espaces, d’œuvres et d’installations d’artistes plasticiens. L’Institut a une double vocation: développer une réflexion critique sur l’art contemporain et sensibiliser le public aux divers modes d’expression artistique. Diverses initiatives répondent aux missions de l’institut: cycles de cours et séminaires, conférences, colloques, voyages culturels et visites guidées, expositions et éditions, art environnemental, centres de documentation. Aborder le son signifie pour l’Iselp pratiquer une ouverture, un élargissement. La Médiathèque de la Communauté française de Belgique collabore à ce cycle non seulement en mettant des médias à disposition mais aussi en faisant intervenir Anne Genette qui travaille au service des collections (musique classique).

Un lien est aussi fait avec un travail actuellement en chantier à la Médiathèque qui notamment aborde le bruit. Une publication  ne tardera pas à paraître.

Noise ou bruit en français. Pourquoi y réfléchir. Y at’il lieu de distinguer musique et bruit alors que celui-ci est trop souvent perçu comme étant une pollution, comme étant blessant et inconfortable.  Sebastien Bisset aura au cours de la conférence mentionné à diverses reprises le livre ‘Bruits’ de Jacques Attali paru initiallement en 1977 mais qui a connu différentes mises à jour  la dernière s’aventurant jusqu’à l’ère numérique. 

Chercher noise: troubler une situation, quereller, se bagarrer…. Noise = nausea.

Dans le champs socio-politique le noise constitue une ‘nouvelle’ pratique musicale.

Selon Anne Genette le son est un phénomène observable avec différents sens dont l’ouie bien sur mais aussi le toucher qui entretiennent des rapports très étroits.  Elle se promène dans la salle avec un diapason produisant des vibrations par sympathie.  Elle nous fait entendre des enregistrements de sons d’abord isolés et ensuite plus complexes et juxtaposés dans un environnement urbain.  La musique qui finalement est l’art d’agencer des sons dans la durée. Dès lors pouvons nous produire de la musique avec du bruit? OUI.

Le concept du bruit est élastique et a une histoire liée en fonction d’une époque, d’une géographie. Sa distinction demeure arbitraire.

Au Moyen-Age le son est une vertu. Celui-ci est principalement produit à l’occasion de cérémonies ou est source de divertissement ou encore pouvant marquer le cycle des saisons. Les cloches rythmaient la vie, les crieurs annonçaient des mariages, des communions, des baptèmes. En quelque sorte le tout début de la publicité ou au moins d’une information d’intérêt général.  Plus tard le silence est revendiqué. Une police des bruits patrouillera la cité. Le calme est requis dans les églises, les monastères, les dortoirs.. Au XVI ième siècle les églises poursuivent le controle du paysage sonore entrainant une surveillance sociale. Le silence est revendiqué et est assimilé à une vertu. Les siècles s’écoulent jusqu’à la période industrielle qui verra naître la vapeur motrice, les manufactures mécaniques , l’électricité.   Les chemins de fer, la circulation, les industries engendrent un bruit de fond permanent.   L’écoute détaillée se délite. Thomas Edison invente le phonographe qui jouant des supports permettra de conserver les sons. Au départ il s’agissait plus de les préserver que de les restituer. 

De nos jours le visuel prime sur l’audition.  La population atteint un plus grand degré d’éducation et décrypte pictogrammes,  la signalétique, des textes. Les pouvoirs publics régissent un silence devenu synonyme de bien être. Moins de stress sur les corps, moins de pression sur les esprits. L’éco-système est préservé et les plaintes diminuent.

Suit l’audition d’un extrait d’une oeuvre d’Erik Satie « Parade ». Fond musical sur des sons suggestifs (machine à écrire, sirène, le mors).

1917. Révolution russe d’octobre. Arseny Avraamov crée « La symphonie des sirènes » incluant des choeurs, des sirènes, des cornes de brume, des canons, des locomotives. La population entière est impliquée et porte l’Internationale. La compilation Baku est abordée. Ce  coffret  de  deux  disques compacts accompagnés d’un superbe livret  richement   documenté   et   illustré,  apparaît  comme  « le »  document   incontournable  pour  qui s’intéresse aux avant-gardes russes de 1908 à  1942.  On  y  découvre la diversité de ces avant-gardes : Futuristes de  toutes   tendances,   Constructivistes,   Nihilistes  et  Généralistes,  adorateurs de la machine, poètes lettristes et plus encore. Le contexte  de   chaque   enregistrement,  les  notices  biographiques,  les  notes  concernant  la création de la Symphonie des sirènes, une bibliographie,  des photos rares, des liens Internet s’ajoutent à un tableau comparatif   des avant-gardes européennes et russes. 

Certaines oeuvres de Varèse et de Antheil intègrent un univers bruyant dans leur écriture.  Alexandre Losolov incarne un temps l’avant-garde musicale soviétique et s’est rendu célèbre dès 1927 par son œuvre pour orchestre symphonique Fonderie d’acierArthur Honegger et Darius Milhaud imitent et reproduisent le son des machines.

L’avant garde fut d’abord un concept militaire qui progressivement a connu un glissement vers le territoire artistique.  En découlent des mouvements tels que Dada, Fluxus,  Surréalisme, Futurisme…..Innovation et recherches sont omniprésentes. Le mode est à la recherche, à l’innovation à la rupture des conventions parfois/souvent au rejet de la raison/logique.   Des manifestes se révèlent en littérature. Russolo  participe aux expositions futuristes en traitant de thématiques liées à la ville, à la vie nocturne, à la vitesse.  Ecriture (L’art des Bruits) , arts plastiques, musique (Musica Futurista)  se mèlent.  Le but consistait à présenter une réalité musicale sortant l’auditeur de l’ennui, de l’académisme.  Quelques détails portant sur les machines sonores sont donnés. 

Marcel Duchamps.  « Errata musical ». Des notes sont tirées au hasard. On s’achemine vers une forme d’indétermination.  Il défend le fait que le public fasse l’oeuvre.

Kurt Schwitters crée un mouvement à lui tout seul. Ursonate:lLa matière sonore est traitée comme un collage, c’est-à-dire une composition d’éléments disparates accédant à un certain statut de composition et de rythme. La fée électrique poursuit son cheminement. Apparaissent les thérémins, les ondes Marthenot.

 Les supports sonores engendrent de nouvelles habitudes d’écoute liées à la fixation. Le musicien s’auto-critique ou imite. Le public peut écouter de la musique hors les salles. L’amplification permet de choisir le volume. L’acousmatique permet la spatialisation.  Le synthétiseur module et génère des sons.  Durant les seventies apparait des musiques ambient ou encore ‘Musak’ qui est une forme de musique aseptisée, mise aux normes (les passages de niveau sonore très forts ou très faibles en sont nivelés), parfois diffusée dans les galeries commerciales, les supermarchés, les stations de métro, les ascenseurs ou encore sur les lignes d’attente des standards téléphoniques). Une des dernières oeuvres écoutée sera ‘Rainforest’ de David Tudor.  Cette pièce est une commande du choréraphe Merce Cunningham. Une série de sculptures, à tendance ready-made, suspendues reliées les unes aux autres par des micro-contacts, amplifiées et servant elles-même de caisse de résonance. Selon les réglages et la position de l’auditeur, la puissance et l’amplification diffèrent, chacun traçant son propre parcours acoustique.

Suivirent trois courtes prestations:

OCELLE MARE:  S’accompagne de petites percussions, clochettes, et harmonica. Il joue du banjo préparé le tout rythmé par des battements de pieds et du mouvement d’un métronome. Volume faible.

SIMON QUEHEILLARD:  Sa prestation consiste à mettre grandement sa préparation en scène. Il est ultra nerveux et ne cesse de s’agiter, il pivote sur sa chaise. Les morceaux sont joués sur une guitare folk cordes métal, à l’aide d’un petit moteur électrique du type de ceux que l’on trouve dans tous les appareils ménagers. Vibrations et résonance parfument la musique.

ARNAUD RIVIERE:  Seul face à sa table de mixage son concert est en tout point semblable au soundcheck.  Le son est hyper amplifié. Interférences, craquements, stridence surgissent. Il se débrouille avec le hasard et accidents.  Parasite et feedback sont sa matière première.

 

Noise Addict playlist du 01.02.2010

Posted in Uncategorized on février 3, 2010 by debloque

1/ Duflan Duflan : « Nadja C Learns Italian »
Danser armé (Split CD avec Le Prince Harry)
[2010-Rockerill Records]

2/ For a Few (More) Decibels I

3/ Sureau : « a »
Sureau
[2008-Creative Source Recordings]

4/ For a Few (More) Decibels II

5/ Blood Brothers : « Trash Flavored Trash »
Crimes (XB556E)
[2004-V2 Records]

6/ Ghédalia Tazartès : ?

7/ Caspar Brötzmann Massaker : « The Call »
The Tribe (XB869B)
[1992-Zensor Musikproduktion]

8/ For a Few (More) Decibels III

9/ Jan Jelinek : « Live at Worm 11/04/2009 Part 1 »
RadioWorm # 117
[2009-WormRec]

10/ For a Few (More) Decibels IV

11/ Keiki : « Skegness »
Waltham Holy Cross
[2009-Cheap Satanism Records]

12/ Gomm : « Karl Heinz Mucke »
Destroyed to Perfection (XG533R)
[2004-PIAS]

13/ Galvanize : « What the Fuck »
Demo 2
[2008-autoproduction]

14/ For a Few (More) Decibels V

15/ 718 aka Sun Lei : « AN »
RadioWorm # 119
[2010-WormRec]

16/ Other Two Comrades & Yan Jun & Topfloor Circus : « 4 » (live in Shanghai)
RadioWorm # 119
[2010-WormRec]

17/ For a Few (More) Decibels VI