LE MICROSILLON………………………………..

                                                                                LA (SUR)VIE DU VINYLE

Puis-je vous faire une confidence ?

Je dois bien avouer que je n’ai pas posé le moindre vinyle sur une platine depuis au moins vingt années.  J’ai perdu tout contact physique avec l’objet et devrais faire preuve d’adresse pour poser le stylus au creux du sillon au bon endroit.

Avant de poursuivre avec l’une ou l’autre réflexion voici la longue histoire de ce support adulé ou décrié :

En 1877 le français Charles Cros invente le paléophone qui permet la reproduction du son sur un cylindre d’acier. Thomas Edison de l’autre coté de l’Atlantique poursuit les travaux du français et réalise le phonogramme qui permet quelques minutes d’enregistrement sonore. Pour la première fois des sons sont gravés sur un support et reproductible.

En 1886 Chester Bell et Charles Sumner  Tainter amélioent le système.

En 1887 invention du premier disques 78t en zinc enduit de cire par Emile Berliner en Allemagne.

En 1893 la Deutsche Grammophon commercialise les premiers disques 78t.

1894. Création de la firme Pathé en France.

1900. Toujours en France création des premiers 78t (17 centimètres).

1902. Les techniques ne cessent de s’améliorer.  La technique d’enregistrement est normalisée, le double face augmente la durée…

1939. L’annonce du deuxième conflit mondiale aboutit à l’utilisation d’un autre produit pour fabriquer le support microsillon. Le vinyle produit plastique dérivé du pétrole voit le jour.

1942-1944 Les premiers disques vinyle sont commercialisés aux USA.

1944. A titre expérimental le Bege René Snepvangers réamise le premier 33t.

1946. La firme Columbia vend le premier microsillon 33t aux USA. Musique classique. Les sillons sont très fins et génèrent l’utilisation de têtes de lecture très légères et de pointe saphir.

1948. Démarrage réel de la vente du lp.

1949. Apparition du premier 45t (format  17 cm) aux USA.

1951. La France suit.  Le microsillon s’impse dans les années 50.

1957. Le 78t est abandonnée mais survit dans des pays pauvres (Indes, pays de l’est).

1958-1970. Période hyper faste pour le vinyle.

1976. Un accident débouche sur la production du maxi 45t suite à la pénurie du vinyle (7  inch) 45t. L’espacement plus grands entre le sillons modifie la tonalité du son avec meilleur rendement et durée rallongée. Barry White en profitera.

1978. La crise pétrolière amène une baisse de qualité des vinyles.

1983. Arrivée de disque compact. Le cd est une ‘révolution’. Les gens se débarassent de leurs vinyles.

1988. Les vinyles sous la pression d el’industrie disparaissent petit à petit des magasins.

1991. Le vinyle survit mais d’une manière marginale.

1996. Le cd atteint son peak de popularité. Les vinyles ne sont disponibles que dans de rares magasins et se retrouvent dans les salons de quelques collectionneurs.

2005. Le vinyle connait un renouveau ailleurs que chez les dj et refait surface dans des pays tels que l’Angleterre, les USA etc…

2006. le mp3 entre dans les mœurs . Ceux-ci sont achetés soit sur des plate formes officielle ou acquis via le peer to peer.

2008. La mort du cd est annoncée et est très légèrement copensée par un retour marginal (économiquement parlant) des vinyles.

Alors ? Mort ou pas mort ce ‘vieux’ support ?

Bien que nous traversions une ère durable de dématérialisation forcenée le microsillon touche deux types de public. A la fois un public lassé du mp3 mais aussi des fétichistes nostalgiques ou simplement défenseurs du vinyle.  Un même public a pu naître avec le cd, passer au numérique pour ensuite se réfugier dans le vinyle.  Même marginales (1 maigre %)  les ventes mondiales s’élèvent tout de même par millions avec même un triplement observé en 2009.  Le disque vinyle est le seul support qui a vu ses chiffres grimper l’année passée.  Des groupes tels que les White Stripes ou les Arctic Monkeys ont certainement communiqué cette passion miraculeusement régénérée.  Ecouter un vinyle c’est certainement prendre position contre cette discothèque mondiale virtuelle et  pléthorique n’engendrant que l’éphémère.  Le vinyle favorise l’établissement d’un rapport avec l’objet sans compter les pochettes qui sont les témoins d’une époque (technologie, arts plastiques, photographie, amour, vie, mort, air du temps, révoltes etc..). La pochette est le reflet  d’une époque précise, d’un moment de l’existence. Beaucoup d’entre elles sont devenues  au moins aussi célèbres que la musique qu’elles illustrent ou emballent.  Problème majeur pour le vinyle : son prix qui le rend moins accessible.  La clientèle est certes rajeunie mais se rabat principalement sur les classiques : Jimi Hendrix, Led Zeppelin,, Miles Davis, John Coltrane… Les courants les plus récents restent la techno, la dance, l’électro…Certains groupent sortent leur cd sur un major et leur vinyle sur un label indépendant (dans des éditions plus limitées).  La notion de rareté dans ce cas procure un attachement supplémentaire.  L’objet est gardé, choyé, conservé sous les yeux fiers et jaloux de son propriétaire.

Que penser d’une industrie qui lançant un nouveau support (devenu quasiment obsolète) le Super Audio Cd a donné l’impression que la ‘révolution’ du cd n’était qu’une supercherie ?  Le cd est un objet vulgaire et sans valeur.  Sa désacralisation a été nourrie par l’industrie dont les graveurs permettent des copies à l’identique sans altération.  Chaque support nouveau tendrait à nous prouver que toutes les techniques antérieures sont nulles.  L’industrie fait tourner sa machine en rendant obsolète le lendemain ce qui a été encensé le jour même.

Pour beaucoup écouter un cd est un rituel. Il convient d’être adroit et délicat afin d’extraire le disque de sa sous-pochette antistatique de protection.  Ensuite il vous faut d’une manière précise soulever le bras de la platine et déposer  l’aiguille sur le disque lui-même (posé sur la plateau) sur le bord extérieur du disque ou au niveau de la plage choisie. Tout geste maladroit est sanctionné. Bonjour les griffes. La lecture peut démarrer pour une durée maximale de 20 minutes. Est-ce un retour vers un âge obscur ? 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :