Archive pour octobre, 2010

BOOKING OFFER: ?Alos

Posted in Uncategorized on octobre 31, 2010 by debloque
Hello,

I'm booking some shows in February 2011 for ?Alos

Please read te text that follows and also visit the artist's website:
http://www.myspace.com/signorinaalos

This solo act is totally amazing and unique.

Please get back to me asap!!!!!!!!!

Thanks.

Alain

?ALOS ----Another world exists beyond ours, a world hidden inside every
mirror. A mirror image of ours, in which the people carry marks of
permanent memories that shape (also us) the characters and lives of
everyone. Signorina ?Alos is one of this world, she carries on her face
the scars of the injuries to the spirit of Stefania Pedretti. That is who
?Alos is: the alter-ego of Stefania, her mirror image. In the paintings of
Stefania Pedretti there are the women, the people of that world and across
them ?Alos has found the path to reach us since 2003.From than she toured
in Italy, Europe and U.S.A............. ?ALOS released "RICORDI
INDELEBILI” (2006)on Bar La Muerte, Precordings and Vida Loca records and
"RICAMATRICI" (2008) on bar La Muerte............ In 2006 she released her
video"Sola" shot by the artist Francesca Grilli, edited by Cristian Dondi
and with the actors ?Alos and Nicola Ratti (the camera enters ?ALOS’
kitchen and captures a private version of her performance).........
Stefania Pedretti plays also in OVO (with Bruno dorella)
www.myspace.com/ovobarlamuerte and ALLUN www.allun.it
www.myspace.com/alluninthespace......................................................................................................................
SHOWS----NEW SHOW!!!!! PAGAN, ANCESTRAL DOOM: she play voice,guitar and
her long long hair all in a woman primordial mystery atmosphere.-------
?ALOS “one girl cooking music” (2003-2007) : in the performance, bound by
the topic of stealing private moments and making them public, Signorina
?Alos presents herself (to our eyes) as a lonely woman, unlucky, a
romantic and a dreamer, intent on preparing just one candlelight dinner.
While preparing dinner, ?Alos plays, using the unmistakeable voice of
Stefania,her personal guitar style and the splendid bases created
expressly forher by such artists as Mae Starr, DJ Tonnerre and Christian
Rainer. It is all with suprises, moments of profound sweetness,
tenderness, sadness and irony. All five senses are involved in this
performance: sight obviously, but also taste and smell (the dinner),
hearing (the music) and touch (Signorina ?Alos concludes the performance
by inviting a man from the audience, after having found him "handsome and
well-groomed", to share dinner with her. ?Alos usually presents itself
during Stefania Pedretti's personal exhibitions "Ricordi
Indelebili"(PermanentMemories)...........................------- ?ALOS
“one girl sewing music” (2007-2008) is a performance about emigration or
immigration and one of the classic, traditional and old female jobs: to
SEW. Millions of people move to other country to realize a dream and most
of them finish to do some horrible and not well paid job. ?Alos is one of
them, one of these women. She moved to a big city to become a “STAR” but
she became a little dressmaker, and work for a puppets factory in a dark
cellar. A performance for denounce a type of femele work and life living
of millions of woman in the past like today. In the concert,with music
create with Claudio Rocchetti,?Alos will sing,she'll play with the sew
machine and she'll make one of this puppets, the Brü,in a “retrò”, sweet,
funny and decadent atmosphere. After “one girl cooking music”,a
performance-concert about food, cook and the 5 senses, ?Alos,in this 2°
performances, tackle actual themes and problematics but that existed also
in the past like emigration,work exploitation,lost the dreams and an other
of the 5 senses: TOCH............................................... ?ALOS
"5/4 SENSES" (2008...): a performance about blindness, about losing one of
the 5 senses. ?Alos will play blind piano and voice.

BOOKING OFFER: TETRAS

Posted in Uncategorized on octobre 29, 2010 by debloque

Hi,

I’m booking some dates for TETRAS
They’re available between March 26th and April 6th 2010

http://tetras.jasonkahn.net

Between 28th March and 6th April 2011.

I’d like to hear from you asap.

Thanks

Tetras is an improvising trio formed in 2010 with Jason Kahn (drums,
percussion), Jeroen Visser (organ, electronics) and Christian Weber
(contrabass). The trio’s name is taken from a composition by Iannis
Xenaxis. The group is based in Zürich, Switzerland.
Jason Kahn began playing music in the 1980’s, initially releasing records
on the Los Angeles SST label. During the 1990’s he lived in Berlin,
playing drums and percussion in many projects of improvised and electronic
music. He has lived in Zürich since 2000.

Organ player Jerome Visser as worked as an engineer with The Ex, Tom Cora,
The Honkies and many others. He has also played with The Pale Nudes and
currently tours in the Trio Kazanchis with Ethiopian singer Mesele
Asmamaw.

Christian Weber is involved in numerous jazz and improvised music projects
across Europe, having played with a wide spectrum of musicians ranging
from John Butcher to Otomo Yoshihide.

Noise Addict Playlist…..24.10.2010

Posted in Uncategorized on octobre 25, 2010 by debloque

1/ For a (FEW) more decibels I

2/ TERRE THAEMLITZ: « Still life electroacoustic composition » + « Program id
electroacoustic composition » + « Saki Part 2 electroacoustic composition ».
Trans-Sister Radio. Grain of Sound – 2005. XT309Z

3/ RHYS CHATHAM: « Prelude ». An Angel Moves Too Fast To See. Table Of The
Elements. XC295H

4/ ON: »The inconsolable polymath ». Something that has form and sothething
that does not. Tye – 2010. XO320E

5/ ICU: « Contemplation ». Useless. Spank Me More – 2010. XI075T

6/ WOLF EYES: « The terror tank ». The Warriors. Hospital Productions. 2005.
X 820O.

7/ DANIEL MENCHE: ‘Kataract’. Kataract. Editions Mego. – 2009. XM4410

8/ ON: »A tardy admission that the crisis is serious ». Something that has
form and sothething that does not. Tye – 2010. XO320E

9/ PRURIENT: « Early morning rites ».The Warriors. Hospital Productions. 2005.
X 820O.


Some Noise asbl
C/O Alain Bolle
PO BOX 43
1050 Brussels 5
tel: 32 473 93 40 28
https://debloque.wordpress.com

BOOKING OFFER: DEMDIKE STARE

Posted in Uncategorized on octobre 23, 2010 by debloque

Dear all,

From now on I’ll contact you on a much regular basis.
I’m offering this time DEMDIKE STARE. They’re available from late January
2011 onwards.

Please read this text and also visit their website so that you can listen
to what they sound like.
http://www.myspace.com/pookawig

Brand new 60 minute mix CD from Demdike Stare, a follow-up to the
‘Osmosis’ mix from the start of the year* As we enter the darkest phase of
year, your trusted shamens offer an absorbing autumnal almanac.
‘Industrial Desert’ is a follow up to their ‘Osmosis’ mix CD, rifling
through their archives and boxes again to provide a kind of cryptic puzzle
for the deepest diggers, or equally a psilocybic collage ripe for picking
season. Their selections are as broad and esoteric as we’ve come to
expect, ranging from arcane folk fed through proto-techno wormholes, to
exalted krautrock and the richest jazz, all infected with deep vein drone
throbs and spores of mossy ambience, triggering imagery of hulking red
brick millhouses and valleys where the light arrives late and leaves
early. Their journey traverses a precarious path but we’re safe in the
knowledge that they’ve been here before and returned unscathed. Only just.
If you’ve had the pleasure of witnessing their semi-improvised live show
then you’ll probably feel a familiarity with some of the sounds here, but
they seem to be increasingly skilled with their creative looms, weaving
ever more intricate and arabesque patterns into their warp and weft…

Please don’t wait and get back to me asap.

Cheers.

Alain

BOOKING: GREIE GUT FRAKTION

Posted in Uncategorized on octobre 22, 2010 by debloque

I’m arranging some selected shows for these two ladies known as GREIE GUT
FRAKTION.
Here’s their myspace: http://www.myspace.com/greieundgut

Please read the text here below and hopefully get back to me asap.

Cheers.

Alain

ANTYE GREIE
Antye Greie (AGF) was born and raised in East Germany, is a singer and
digital songwriter, producer, performer, e-poet, digital media artist
known for artistic exploration of digital technology . She did live
performances and sound installations throughout Europe and in North
America and Asia in festivals such as Ars Electronica Linz, Sonar
Barcelona, Transmediale Berlin, GRM Festival Paris, Roskilde, Sync
festival Athens, AudioVisiva Milan, Intern. Open Book Festival Moscow,
Sonic Acts Amsterdam and staged solo performances in venues like Pompidue
Paris, ICC Tokyo, Akademie der Kuenste Berlin, ICA London and many more.
Greie has collaborated with Craig Armstrong, Vladislav Delay, Ellen
Allien, Eliane Radigue, Kaffe Matthews.
She lived in Berlin and is now based in Hailuoto, Finland.
http://www.poemproducer.com

GUDRUN GUT
Gudrun Gut is a « legendary lady artist » of the West-Berlin underground
scene from post-punk to Techno. She was a founding member of the bands
Mania D, Malaria! and Matador in the 1980s. Since 1997 she has had a
weekly radio show with Thomas Fehlmann on RadioEins in Berlin and runs the
label Monika Enterprise. In 2007 she released her solo album « I Put A
Record On » with overwhelming feedback from Press, Media and Fans around
the world and is now doing live performances all year – in 2009 she played
concerts in New Zealand, Australia, China, USA, Russia, Skandinavia,
Germany, Italy, Sarajevo, Spain, France etc.
Gudrun Gut lives and works in Berlin.
http://www.m-enterprise.de/gut.html

Thanks.

Alain

NO BORDER – FILM ILLEGAL –

Posted in Uncategorized on octobre 22, 2010 by debloque

Bonjour,

Je vous fais parvenir ici un texte rédigé par les signataires figurant en bas de page. Je vous invite à signer la pétition. J’ai vu le film Illégal la semaine passée. Je compte en parler sur ce même blog la semaine prochaine. 

Aucun homme n’est ″illégal″

 
Signer la lettre ouverte


 

On les nomme communément les ″ illégaux ″. Des hommes, des femmes, des enfants réduits à leur plus simple existence administrative. Comme s’il s’agissait de personnes, par nature, contraires à la loi. Coupables a priori.

Pourtant, la loi belge du 15 décembre 1980 sur l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers fait simplement référence au fait de ″ séjourner de manière illégale ″ et à une ″ situation administrative illégale ″. Rien de plus. C’est donc un abus de langage de dire que l’étranger lui-même est ″ illégal ″.

Les migrants sont d’abord et avant tout des êtres humains. La plupart d’entre eux sont intégrés depuis de longues années dans notre pays. Ils travaillent, exercent des activités profitables à la société, paient des taxes et des impôts, contribuent à la vie économique du pays. Leurs enfants sont scolarisés et une grande majorité d’entre eux ont tissé des liens étroits dans nos villes et nos villages.

Aussi, il est insupportable de voir rabaissés ces mêmes migrants au rang de délinquants. Aucun homme n’est ″ illégal ″. Une situation, des actes peuvent être illégaux, mais jamais une personne en tant que telle ! Or, dans la pratique, ceux-ci sont bel et bien traités comme des détenus de droit commun. Incarcérés dans des centres fermés qui ressemblent en tous points à des prisons (barreaux, clôtures de sécurité, cellules d’isolement…). Transportés dans des fourgons cellulaires et menottés pour passer devant la chambre du conseil. Expulsés, quelques fois de force, placés à bord d’avions sécurisés, etc.

Ces ″ châtiments légaux ″, comme les nommait Michel Foucault, contribuent à renforcer l’image du ″ sans-papier ″ comme délinquant et à justifier le sort qui lui est réservé. Si c’est un ″ hors-la-loi ″, pas de problème à tolérer qu’on le traite comme tel.

Les migrations sont un fait vieux comme le monde : aucune frontière, aucun mur, aucune barrière de sécurité aussi haute soit-elle ne parviendront à empêcher des hommes et des femmes de fuir leur terre d’origine pour des motifs politiques, religieux, socio-économiques ou climatiques.  Chaque exil est synonyme d’arrachement et  de déracinement.
La question migratoire est complexe et personne ne détient la solution. Mais plus que jamais, il nous faut la repenser dans un cadre plus large en y intégrant, notamment, les enjeux démographiques, les inégalités Nord-Sud et les bouleversements climatiques en cours.

En 2009, 6.439 personnes (dont des enfants) ont ainsi été détenues en Belgique alors qu’elles n’avaient commis aucun autre délit que de ne pas avoir de papiers. Les deux tiers d’entre-elles ont été expulsées, les autres relâchées dans la nature. Notre pays a été condamné à quatre reprises en huit ans par la Cour européenne des droits de l’homme pour la manière dont elle organise l’enfermement et l’expulsion des étrangers. De nombreux rapports belges et internationaux abondent dans le même sens, critiquant notamment la détention des mineurs pratiquée jusqu’en 2009. 

Tout ceci, Olivier Masset-Depasse l’aborde avec force dans son film, ″ Illégal ″ projeté très prochainement sur nos écrans. Ce film, déjà primé dans divers festivals, est une oeuvre cinématographique puissante certes, mais également une démarche éminemment politique, au sens noble du terme, sans dogmatisme ni militantisme de bon aloi.

Aujourd’hui, un débat rationnel et dépassionné autour de cette prétendue ″ illégalité ″ des migrants fait cruellement défaut. Le film de Olivier Masset-Depasse est l’occasion de nous ré-interroger sur le sort quotidien que nous réservons aux migrants et à leurs enfants.

Non, les étrangers en situation irrégulière ne sont pas des ″ illégaux ″ ! Non, les étrangers en situation irrégulière ne sont pas des délinquants ! Ce sont des hommes, des femmes, des enfants, des familles, qui méritent d’être traités avec humanité. Dans le respect de leurs droits et de leur intégrité.
Nous, citoyens venus d’horizon divers, nous refusons d’être les complices d’un système qui enferme et expulse des êtres humains au motif qu’ils sont sans statut administratif.
C’est une question de dignité humaine. Leur dignité tout autant que la nôtre.

Ancion Nicolas (Ecrivain), Brausch Géraldine (Assistante au service de Philosophie morale et politique – Ulg),
Caeymaex  Florence (Chercheur FNRS-ULg), Collin Ignace (Epeios Productions), D’hiet Rik (Scénariste),
d’Oultremont Juan
(Plasticien et Sculpteur), Damiens Francois (Comédien),
De Vos Bernard (Délégué général aux droits de l’enfant), Dequenne Emilie (Comédienne),
Deswaef Alexis (Avocat, Ligue des droits de l’Homme), Dobbeleer Bernard (Journaliste, producteur radio),
Gourmet Olivier
(Comédien), Gunzig Thomas (Ecrivain), Jacquemain Marc (Professeur – ULg), Lafosse Joachim (Cinéaste),
Lamproye
Fabrice (Les Ardentes), Lanoye Tom (Auteur), Lanners Bouli (Cinéaste), Le Comité belge de la SACD,
Martiniello Marco (Directeur du CEDEM – Ulg), Neuville Maaike (Actrice),
Perrouty  Pierre-Arnaud (Juriste Ligue des droits de l’Homme), Petrella Ricardo (Politologue et économiste),
Quinet Patrick
(Président de l’UPFF), Rea Andrea (Président du département de sciences sociales et des sciences du travail),
Régnier Natacha
(Comédienne), Reynaert  Philippe (Cinéphile), Schreuer François (Journaliste), Tshibanda Pie (Comédien),
Van der Meerschen Benoît (Président de la Ligue des droits de l’Homme),
Van der Plancke  Véronique (Vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme),
Verbeeren
Pierre (Directeur général de Médecins du Monde), Wald Micha (Cinéaste), Zaccaï Jonathan (Comédien),
Zibouh Fatima (Doctorante en sciences politiques et sociales ULg)

 J’ai vu le film Illegal la semaine passée. Je rédigerai une chronique à son sujet la semaine prochaine.

STAFF BENDA BILILI

Posted in Uncategorized on octobre 21, 2010 by debloque

Mon intérêt pour le groupe congolais Staff Benda Bilili aura connu quatre ou cinq phases.

La première est liée à la lecture d’un texte paru dans un  numéro de la Sélec en 2009, la deuxième à l’écoute du cd, la troisième à l’occasion d’une prestation donnée au festival Couleurs Café en 2010  et la quatrième suite à la vision du film Benda Bilili au cinéma Vendôme (au cœur du Matonge bruxellois) le jour de la fête de la Communauté française. Tout un symbole. Aucune personne de la communauté congolaise n’était présente dans la salle.  C’est malgré tout du film dont je vous parlerai plus précisément.

Le groupe the Ex m’avait déjà vanté l’intérêt et le mérite du groupe Konono N°1 il y a de longues années.  

Le groupe existe depuis la fin des années 60. Fondé par Mingiedi Mawangu, virtuose du likembé (cet instrument parfois dénommé « piano à pouces », composé de lamelles métalliques fixées à une caisse de résonance), le groupe se compose de trois likembés électriques (médium, aigu, basse) équipés de micros fabriqués à partir de vieux alternateurs de voiture, une section rythmique mêlant percussions traditionnelles et bricolées (couvercles de casseroles, pièces de voitures), trois chanteurs, trois danseurs et une sono munie de « porte-voix »(mégaphones) datant de l’époque coloniale.

Assurément les musiques urbaines congolaises sont vivaces et ne peuvent être ignorées. Nombreuses œuvres cohérentes, libres et radicales. Aucune virtuosité contre productive. Confrontation de la part civilisée de l’humain à sa part de sauvagerie. Affranchissement de contraintes muséales. Bric-à brac vivifiant.

Staff Benda Bilili, (une bande d’obstinés magnifiques) nous permet d’aborder une musique à première vue inédite (pour les oreilles d’occidentaux peu avertis) car peu connue chez nous en évitant toute perspective folklorisante, touristique, condescendante.

Les limites du convenu sont repoussées. Une curiosité permet de déchiffrer la complexité énergique et délicate de leur style. Ils osent la nouveauté sans se complaire d’artifices, sans maniérisme. Bien que souffrant d’un double handicap (une misère profonde couplée à une grande fragilité physique) ces héros infortunés  dégagent une énergie créative et engagée mue par la volonté de se faire entendre dans le cadre d’une forme de discipline. Sans aucun soucis de susciter la moindre empathie le groupe tel une caravane urbaine donne libre cours à une musique produite par des instruments fabriqués avec du matériel récupéré. Rien ne se perd tout se crée. La pauvreté fatale pour les uns peut être partiellement éradiquée à condition de se laisser guider par des idéaux économiques (exportation du groupe et de son image à l’étranger) et une liberté artistique incluant les concernant des éléments de rumba congolaise, de  funk, de reggae… Ils se débattent positivement avec les aléas de la vie. Ils vivent à la fois avec l’illusion  et la certitude de réussir.

Aucun hasard si les albums de Konono N°1 et Staff Benda Bilili ont paru chez Crammed Disc qui compte en plus dans son catalogue Mahmoud Ahmed, Kasaï All Stars, Taraf De Haîdouks etc…

Le label expose en toute modestie des artistes qui font ou feront l’histoire locale et mondiale.

L’album Très Très Fort a été vendu à plus de 50,000 exemplaires rendant dignité à tout un peuple issu de la rue.

Par hasard Florent de la Tullaye et Renaud Barret (les deux réalisateurs  du film Benda Bilili!) rencontrent le Staff Benda Bilili qui existe depuis plus d’un an. Ils sont fascinés par ces musiciens errants qui ne devaient leur survie qu’à un mot d’ordre prononcé par Mobotu: « Citoyens, débrouillez-vous ». Epave sauvée de sa décrépitude finale.

Pour s’immerger dans la culture, les deux cinéaste apprennent le linguala et filme le groupe avec une caméra légère. Alors que les musiciens tentent de survivre,  les réalisateurs rentrent en Europe pour récolter des fonds afin de poursuivre le film. Ils reviennent une année plus tard cherchant dans la ville les musiciens dispersés.

Revenus avec le soutien d’une maison de disques (Crammed), ils poussent le groupe a enregistrer en plein air et aussi dans un studio de fortune. Pour les musiciens, c’est une chance à ne pas rater, et, malgré les difficultés de leurs vies (nourrir leur famille, dormir sur des cartons…), ils se lancent dans l’aventure. Rapidement une chance due essentiellement à leur courage et talent,  à un non renoncement aux rêves,  leur sourit. Nul besoin d’intégrer la donne économique pour juger de leur talent.  Ce film documentaire est une forme de Buena Vista Social Club à la sauce congolaise avec bien moins de moyens que ceux dont bénéficiaient Wim Wenders et Ry Cooder.

Ayant brisé tous les clichés liés au handicap, le groupe bénéficie  d’une consécration et foule de grandes scènes mondiales. Une véritable ‘success story’ consacrant des êtres de grande humanité ayant réussi à déjouer les pièges de la rue. Les amateurs de décombres, de l’uniformisation de la pensée en seront pour leurs frais.

Les voix off sont heureusement très rares dans ce film.

Quelques scènes marquantes: une tentative de racket dans les rues de Kinshasa, l’arrivée des musiciens qui découvrent météo glaciale et mode de vie européen, l’arrivée d’un jeune nouveau venu qui dans introduit le satongué (fabriqué à partir d’un bout de bois et d’une boîte de lait), un incendie qui force les musiciens et leur famille à affronter la rue et ses dangers…

Le film n’est malheureusement visible que sur quatre écrans en Belgique.